Henri Michel

Henri Michel : le financement d’un hommage confirmé

Lancé fin avril, le financement participatif a franchi le cap des 250 contributeurs, permettant de collecter plus de 6000 euros. Alors que le montant minimal de la participation a été fixé à 20 euros, certains anonymes sont allés jusqu’à en donner 200 et les versements ont souvent été accompagnés de messages particulièrement touchants destinés à saluer la mémoire de notre héros légendaire du jeu à la nantaise. Grâce à la réussite de ce lancement, le financement d’un hommage est d’ores et déjà assuré. A la nantaise remercie sincèrement les premiers donateurs et appelle tous les amoureux du FC Nantes à contribuer eux aussi à la réussite de cette opération afin d’ériger l’œuvre la plus ambitieuse possible.

Des événements à venir

Suite à des échanges avec l’association des ex-canaris, l’organisation d’événements au profit de l’initiative est à l’étude. Un courrier cosigné par Jean-René Toumelin, président de l’association des Ex-Canaris, et Florian Le Teuff, président d’A la nantaise, a été adressé à Johanna Rolland, maire de Nantes, afin de solliciter la mise à disposition du stade Marcel-Saupin dans la perspective d’un match des anciennes gloires du FC Nantes en l’honneur d’Henri Michel, un an après sa disparition ; les bénéfices de l’opération permettront de faire grandir la collecte.

Une première en France et une volonté d’innover

A contre-courant et tourné vers l’offensive, le FC Nantes d’Henri Michel avait toujours un temps d’avance. Tandis que des statues de joueurs ont été érigées partout en Europe, Nantes a de nouveau l’opportunité d’être pionnière en France. Le bureau de l’association est entré en contact avec des entreprises travaillant dans le secteur du numérique pour étudier la possibilité d’ériger une statue grâce à l’utilisation des nouvelles technologies. Une statue holographique ? Une sculpture en impression 3D ? Si le jeu collectif des amoureux du FC Nantes continue de se déployer, les projets les plus fous pourront se concrétiser.

L’objectif fixé par le bureau d’A la nantaise est d’inaugurer la statue 40 ans, jour pour jour, après qu’Henri Michel ait soulevé la première coupe de France remportée par les Canaris, le 16 juin 1979.

Ils ont contribué :

Jean-René Toumelin, président de l’association des ex-canaris, ancien président du FC Nantes :

« Henri incarnait tout ce que l’on a aimé dans ce club, tant sur le terrain qu’en dehors. Il faut faire le maximum pour lui rendre hommage. »

Marc Tarabella, député européen belge, président de l’intergroupe Sports du Parlement européen :

« Interne au lycée, j’écoutais à la radio les matchs du FCN qui est devenu mon club français favori. Henri Michel, capitaine vaillant, a fait rayonner Nantes bien au-delà des frontières de l’hexagone. Cela vaut bien une statue ! »

Marc Corgnet, responsable d’une buvette à Saupin, fondateur de l’association des commerçants ambulants de la Beaujoire :

« Je me souviens de la foule massée à Saupin à l’occasion de son jubilé, un mardi de la Pentecôte, pour le remercier. Une statue va réveiller les souvenirs ».

Yvonne, supportrice du FCN vivant à Quimper :

« Mon mari appréciait beaucoup Henri Michel. Moi aussi ».v

L’emplacement de l’œuvre (site de la Beaujoire, stade Saupin, Jonelière…) sera déterminé par les contributeurs. Les noms des donateurs – pour ceux qui le souhaitent – apparaîtront sur le socle, sous le nom du capitaine jaune et vert.

La collecte se poursuit plus que jamais sur alanantaise.fr !